Alain-Cyril Barioz

I. L’essentiel :

Courriel : alaincyrilb@gmail.com
Parcours dans l’enseignement supérieur : Deug-Licence d’Histoire à l’Université d’Aix-
Marseille ; Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence ; DEA d’Histoire moderne à Paris IV
Université et unité de recherche de rattachement : Paris IV, Centre Roland Mousnier
Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Humanisme et Réforme ; historiographie de la modernité ;
Titre de ta recherche doctorale : « Le mépris du monde dans la littérature calviniste du second seizième siècle »
Année du début de ta recherche doctorale : septembre 2018
Date de soutenance de la thèse : 2021-2022

II. Questions :

  • Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Le mépris du monde est un objet historique communément identifié au contemptus mundi du monachisme occidental. Partant de l’hypothèse d’un transfert culturel du lieu commun dans l’univers des représentations religieuses de la Réforme, je m’attache plus particulièrement à en mettre en évidence l’influence humaniste dans sa réception par les réformateurs.

  • Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur ce thème de recherche ?

Ce thème de recherche m’a initialement été inspiré par Denis Crouzet. Ses cours et ses travaux rejoignaient mon aspiration à conduire un questionnement sur la modernité à partir d’une étude sur les relations entre humanisme et Réforme. Son approche anthropologique, notamment à partir de la notion d’imaginaire, m’apparaît particulièrement appropriée pour conduire des recherches, dans une démarche pluridisciplinaire, sur une histoire culturelle aux implications très larges.

  • Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Depuis mes premiers recensements d’occurrences du mépris du monde dans l’Institution ou dans les sermons de Calvin, dans la poésie, le théâtre ou les chansons spirituelles des écrivains réformés, mes recherches se sont recentrées plus particulièrement sur Théodore de Bèze. Son œuvre immense permet d’apprécier l’importance de l’humanisme dans l’œuvre des réformateurs qui, à côté de la théologie, développent une riche réflexion éthique et juridique.

  • Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherche en particulier a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Les séminaires de Denis Crouzet et de Olivier Millet ont particulièrement nourri ma réflexion au cours de ces trois dernières années. Ceux de Frank Lestringant et de Véronique Ferrer m’ont aussi été très profitables, tout comme les Cours d’été à l’I.H.R. de Genève avec Paul-Alexis Mellet. Les thèses et les ouvrages de ces universitaires m’accompagnent tout au long de mon travail.

  • Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur ton thème de recherche que tu conseillerais à tes collègues ?

Mon thème de recherche est bien illustré par L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme de Max Weber, ou bien, du même, Sociologie des religions, à condition d’accepter la discussion avec ses thèses.

  • As-tu déjà eu l’occasion d’enseigner ton sujet de recherche ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Les communications orales que j’ai eu la chance de donner étaient l’occasion d’expliquer la notion de mépris du monde. Selon moi, le lieu commun appelle une approche anthropologique et pluridisciplinaire. Autrement dit, le mépris du monde peut faire l’objet d’un enseignement en théologie (pénitence, ascèse), en philosophie (morale), en histoire culturelle (représentation du monde), en littérature (le topos, le genre), mais c’est dans la perspective d’un questionnement porté sur la modernité dans son ensemble qu’il prend tout son intérêt.

  • Dans le cadre de l’enseignement de ton sujet de recherche, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Pour peu que le mépris du monde puisse offrir une approche possible à un enseignement de l’humanisme et de la Réforme au XVIe siècle, je souhaiterais lancer des recherches d’occurrences à partir des méthodes de la lexicologie. J’ai pu aussi mesurer l’intérêt des humanités numériques dans le traitement des données pour mettre en évidence, par exemple, des relations entre la théologie et le droit.

  • Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

L’énonciation des « droits humains » (liberté de conscience, jus migrandi, droit de résistance, etc.) par les juristes et théologiens réformés européens aux XVIe et XVIIe siècles serait pour moi un beau sujet, dont je me réserve les développements après le doctorat.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search