Marion Philip

I. L’essentiel :

Twitter : https://twitter.com/Marion_Philip_

Site internet : https://paris-sorbonne.academia.edu/MarionPHILIP

Courriel : marion.philip2@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Après une classe préparatoire au lycée Chateaubriand de Rennes, j’ai suivi une licence d’histoire à Rennes II. Je suis entrée en master d’histoire moderne à Paris IV en 2010 sous la direction de François-Joseph Ruggiu. Une fois l’agrégation passée, j’ai effectué une année de stage, puis un an d’enseignement en lycée et collège avant de débuter ma thèse.
Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université (Centre Roland Mousnier, UMR 8596), en co-direction avec l’EHESS (Groupe d’Histoire du Genre).
Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Etudes du Genre, Histoire des masculinités, Queer Studies, Histoire sociale et culturelle, Histoire de la justice, Histoire de la médecine, Histoire urbaine, Histoire coloniale.
Titre de ta recherche doctorale : « Sexualité et Masculinités à Paris, 1600-1750 »
Année du début de ta recherche doctorale : septembre 2015
Date de soutenance de la thèse : ?? 2021

II. Questions :

  • Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Ma recherche se concentre sur l’analyse de la sexualité masculine de l’ensemble de la population parisienne entre 1600 et 1750. L’objectif est donc de ne pas me contenter d’analyser les normes dominantes ou les comportements sexuels des élites, déjà étudiés par mes prédécesseur.e.s. Ma thèse cherche à mettre en valeur les rapports de force qui se trament autour de la sexualité. A l’intersection d’autres critères (âge, statut social, statut marital, aptitudes corporelles, rang…), ils établissent des hiérarchies entre hommes et femmes, mais aussi et surtout entre hommes.

  • Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur ce thème de recherche ?

C’est un cours d’histoire de la famille en licence à Rennes qui a suscité chez moi un premier intérêt pour l’histoire des sexualités ! Ma conscience féministe m’a conduite à m’intéresser au genre. Mais, je dois avouer que c’est François-Joseph Ruggiu, mon directeur de master et mon directeur de thèse actuel, qui m’a suggéré que l’histoire des masculinités restait encore à faire en France. Je n’avais pas encore assez de recul pour m’en rendre véritablement compte. Quand il a formulé le sujet, j’ai tout de suite su que ce sujet était fait pour moi (je vous demande de m’excuser pour cette formulation digne d’une mauvaise comédie romantique) !

  • Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Oui, ils ont évolué, car mon sujet de master consistait à étudier la sexualité masculine à travers un récit d’anecdotes de cour, les Historiettes de Tallemant des Réaux. Cette source conditionnait le type d’histoire que je produisais qui n’était rien d’autre qu’une étude des représentations et des stéréotypes de genre, apparaissant dans ces portraits mondains et gaillards des élites du Grand Siècle. J’avais envie de poursuivre mon chemin en associant à cette première perspective d’histoire du genre, une dimension d’histoire sociale. J’ai donc choisi d’étudier les masculinités à travers un corpus d’archives judiciaires, en croisant méthodologie qualitative et quantitative, qui me permette d’accéder à la sexualité de groupes sociaux différents des élites que j’étudiais auparavant.

  • Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherche en particulier a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Le séminaire d’histoire de la sexualité de ma directrice de recherche Sylvie Steinberg, a été une expérience très enrichissante pour moi pendant ma thèse. De même, je dois beaucoup au séminaire d’histoire de la famille de Sorbonne Université et notamment ma méthodologie ! L’esprit collectif du groupe a été très inspirant pour moi. Les séances de l’atelier doctoral d’histoire du genre de l’EHESS, que j’ai co-créé, ont été essentielles pour moi tout au long de ses années. J’ai beaucoup appris du travail collaboratif que nous avons mené et des débats que nos séances ont suscités.

S’il ne faut choisir qu’une autrice : la sociologue australienne Raewyn Connell, Masculinités, enjeux sociaux de l’hégémonie, traduit en 2014.

  • Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur ton thème de recherche que tu conseillerais à tes collègues ?

Alors ce n’est pas exactement sur mon sujet de thèse, puisque ce livre évoque les rapports amoureux contemporains, mais je conseille le roman graphique de Liv Strömquist, Les sentiments du prince Charles, 2016. En plus d’être un bel objet, la dessinatrice fait l’effort de citer de nombreuses études sociologiques ou historiques pour justifier sa critique des rapports de force qui s’établissent au sein des relations amoureuses, et c’est très très intéressant.

Je n’ai malheureusement pas encore trouvé de films qui me satisfassent sur le traitement de la sexualité masculine populaire au Grand Siècle.

  • As-tu déjà eu l’occasion d’enseigner ton sujet de recherche ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je n’ai jamais directement enseigné mon sujet de recherche dans un cours dédié à l’histoire du genre et des masculinités. Cependant, j’ai souvent ajouté une ou deux séances d’histoire du genre et de la sexualité, à mes TD, quand la thématique le permettait. Ce que j’ai constaté c’est que ces sujets suscitent beaucoup d’intérêt chez les étudiant.e.s de licence. Je pense qu’il faut fournir aux étudiant.e.s les outils théoriques de base des études de genre, en leur exposant clairement quelles sont les différences entre les termes de sexualité, de sexe anatomique et de genre. Il faut également leur transmettre le recul épistémologique nécessaire, en retraçant les étapes marquantes de l’historiographie féministe, les apports de la sociologie et de la philosophie. L’enseignement de l’histoire du genre se prête particulièrement aux analyses iconographiques qui révèlent facilement certains idéaux-types et stéréotypes de genre. Les archives judiciaires ou policières sur lesquelles je travaille, sont moins faciles d’accès. Elles nécessitent d’effectuer un peu d’histoire de la justice et de la jurisprudence d’Ancien Régime, ce qui peut compliquer les choses … Mais en leur fournissant un lexique et quelques explications, les sources judiciaires peuvent être intéressantes, surtout en licence 3, quand on en profite pour leur faire découvrir un peu de paléographie par la même occasion !

  • Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Ce n’est pas très original, mais ce serait mon sujet de recherche, avec plus de temps et de moyens pour approfondir les sources judiciaires royales et seigneuriales parisiennes, adopter une approche comparative avec un autre espace urbain français (de culture coutumière différente donc de préférence dans le sud de la France) et les espaces coloniaux français. Je me suis concentrée sur le dépouillement des fonds de l’Officialité parisienne aux Archives Nationales pour ma thèse, tout en complétant ce premier fond avec des sondages dans les archives du Châtelet et du Parlement, mais j’aurais aimé avoir plus de temps pour davantage les exploiter, ainsi que d’aller voir du côté des archives des hôpitaux parisiens et de la Bastille.

Ajouter à ma perspective d’histoire du genre, une analyse des rapports sociaux de race sous l’Ancien Régime, je crois que ce serait là mon sujet de recherche idéal !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search