Cécile Alexandre

I. L’essentiel :

Parcours dans l’enseignement supérieur : Classes préparatoires Chartes au Lycée Henri VI, Licence d’Histoire à Paris IV Sorbonne, Master Recherche en Histoire à Paris IV Sorbonne, Agrégation d’Histoire
Université et unité de recherche de rattachement : la faculté des lettres de Sorbonne Université (anciennement Paris IV), Centre Roland Mousnier

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire de la famille et de la démographie, l’histoire de la santé, l’histoire des transmissions et cultures orales, l’histoire de l’alphabétisme et l’histoire urbaine aux époques moderne et contemporaine
Titre de ta recherche doctorale : Transmissions et culture familiales : enquête sur la population de Charleville (1740-1890)
Année du début de ta recherche doctorale : septembre 2018

II. Questions :

  • Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Dans mon projet de recherche, je m’intéresse aux transmissions familiales. La question de fond est de savoir pourquoi un fils de boulanger, par exemple, devient un boulanger dans telle famille, alors que dans une autre famille le métier ne se transmet pas. Pourquoi dans telle famille nous avons beaucoup de célibataires qui ne se marient jamais et ce sur plusieurs générations, alors que dans d’autres tous les enfants se marient ?
La famille est un élément fondamental dans le destin des individus et dans leurs choix au cours de leur vie ; intuitivement nous pouvons le sentir ou le deviner ; mais le prouver sur des familles du XVIIIe et XIXe siècles est une tâche plus difficile. La notion de culture familiale a été forgée en sociologie dans les années 1950 : leurs méthodes étaient basées sur les entretiens avec des familles sur trois générations. Nous proposons à notre tour une nouvelle méthodologie adaptée à l’Histoire et aux archives pour les familles du passé. Nous portons un intérêt particulier pour les familles des couches sociales les plus pauvres, souvent oubliées en Histoire de la famille, où les monographies ont longtemps privilégié les familles de l’élite, notamment en raison de leurs sources très abondantes.

  • Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur ce thème de recherche ?

J’ai choisi ce thème de recherche à partir de mes travaux de Master. J’avais travaillé sur le parrainage aux XVIIIe et XIXe siècles à Charleville (aujourd’hui Charleville-Mézières). La question était alors de savoir qui étaient les parrains et marraines, et notamment comment ils étaient choisis. J’ai alors constaté qu’il y avait des tendances familiales fortes sur plusieurs générations : certaines familles choisissaient toujours des membres de la parenté (grands-parents, oncles, tantes, cousins, mais aussi frères et soeurs du baptisés) et d’autres toujours des membres à l’extérieur de la parenté. La répétition de cette pratique sur plusieurs générations a posé la question de règles familiales, tacites ou non, plus ou conscientes, qui pouvaient se transmettre.

  • Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

A côté de cette continuité assez forte avec mes travaux de Master, je porte un intérêt beaucoup plus grand sur l’histoire urbaine. En travaillant actuellement sur les 210 familles reconstituées sur plusieurs générations à Charleville aux XVIIIe et XIXe siècles, je me rends compte qu’il y a un lien étroit entre le développement de cette ville (qui était une ville nouvelle fondée au début du XVIIe siècle) et les familles (de toute condition sociale) qui y sont ancrées depuis plusieurs générations. Par exemple, la ville avait une manufacture d’armes très importante à partir du XVIIe siècle ; la population comptait beaucoup d’armuriers, surtout dans le quartier de la manufacture. Elle ferme en 1836, mais certaines familles d’armuriers restent dans le quartier, même plusieurs générations après cette fermeture, et deviennent des ouvriers dans la métallurgie ou dans la brosserie. Il y a aussi l’arrivée de la ligne de chemin de fer en 1858, qui entraîne l’immigration de nouveaux habitants, venus de France ou de Belgique, qui exercent des métiers du chemin de fer. Ma participation à l’enquête Charleville sur l’Histoire de cette ville me permet de faire de lien entre Histoire politique, économique, urbaine et histoire de la famille.

  • Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherche en particulier a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

C’est une question complexe car les interrogations de la recherche viennent la plupart du temps de plusieurs influences au fil des années d’études ; mais le séminaire d’Histoire de la famille et de la démographie aux époques moderne et contemporaine à Sorbonne Université, sous la direction, en particulier, de mes directeurs de Master, M. François-Joseph Ruggiu et M. Vincent Gourdon (qui est aussi actuellement mon directeur de thèse), a été l’influence la plus importante. Ce séminaire ouvre des perspectives souvent novatrices avec, par exemple, des communications en Histoire du droit, en économie, sur des d’analyse démographique de grande ampleur, ou encore en Histoire du genre.

  • Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur ton thème de recherche que tu conseillerais à tes collègues ?

Le thème de la transmission familiale est assez bien investi par Emile Zola dans les Rougon-Macquart : cet auteur appartenant au courant naturaliste du XIXe siècle regarde comment évoluent différents individus d’une même famille qui ont hérité d’une « tare » génétique sur plusieurs générations. Leurs destins sont très divers. Parmi cette série de romans, celui qui m’a le plus marqué est la Bête humaine (1890), qui se passe dans le monde du train à vapeur sur la ligne Paris-Le Havre ; il dépeint notamment les mécaniciens et leurs familles qui vivaient du chemin de fer. Le « héros », Jacques Lantier, est pris malgré lui par son héritage génétique qui le pousse à la folie meurtrière. Le film de Jean Renoir, de 1938, avec Jean Gabin, est un classique.

L’Arbre généalogique des Rougon-Macquart, par Émile Zola — BNF, Manuscrits, NAF 10290, f. 172. http://expositions.bnf.fr/zola/grand/z075.htm
  • As-tu déjà eu l’occasion d’enseigner ton sujet de recherche ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je n’ai jamais eu l’occasion d’enseigner spécifiquement mon sujet de recherche. J’enseigne actuellement en TD l’Histoire des îles et empire britanniques en Licence 1 à Sorbonne Université. Cela paraît assez éloigné de mes thèmes, cependant je porte de temps en temps des axes de réflexion qui y sont liés : par exemple, sur la migration des puritains en Amérique au XVIIe siècle, il est intéressant de voir l’ancrage familial et le soutien intergénérationnel.
Dans le secondaire, j’ai enseigné au lycée avant la réforme des programmes du Bac 2021 ; il y avait une étude de cas sur la démographie française au XVIIIe siècle. Ce moment a été l’occasion de développer un peu sur l’Histoire de la famille avec les élèves, qui n’avaient pas beaucoup de repères à partir des enseignements du collège sur ce sujet : par exemple, la mortalité infantile, l’importance du baptême ou encore comment se passaient les mariages.

  • Dans le cadre de l’enseignement de ton sujet de recherche, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Si je devais enseigner mon sujet de recherche en lui-même, je souhaiterais mettre en avant la richesse des actes paroissiaux et d’état-civil, en accès libre sur internet (jusqu’en 1912). Par exemple, les signatures (ou l’absence de signature) sont une source précieuse pour faire l’histoire des familles analphabètes qui peuvent persister dans l’analphabétisme ou bien, pour certaines branches, devenir alphabètes. Cela pose beaucoup de questions. Un autre exemple peut être trouvé dans les formulations mêmes utilisées par les prêtres ou les officiers d’état-civil pour désigner les enfants morts-nés ou sur les femmes célibataires qui deviennent mères ; elles peuvent être des objets d’étude.

  • Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Dans l’idéal, je rêve de pouvoir mener dans l’avenir une recherche comparative sur les cultures familiales avec des familles urbaines dans un pays non-occidental. Le Japon est un pays qui m’intéresse particulièrement : j’apprends depuis deux ans le japonais et plus j’en apprends sur cette société et son Histoire, plus j’ai envie de faire de recherches approfondies sur l’Histoire de la famille et de la démographie japonaise.



Courriel : cecile.alexandre@sorbonne-universite.fr
Carnet de thèse : https://familles.hypotheses.org/
Article sur HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02046985v1
Academia.edu : Cécile Alexandre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search