Adrien Aracil

1. Présentation

Academia : https://paris-sorbonne.academia.edu/AdrienAracil

Courriel : adrien.aracil@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : hypokhâgne et khâgne A/L au Lycée Henri-IV (Paris). Admissibilité à l’ENS Ulm, équivalence licence d’histoire et de philosophie (2006-2009). Master recherche-agrégation à l’Université Paris-Sorbonne (spécialité civilisation des temps modernes), mention Très Bien (2009-2011). Auditeur d’agrégation à l’ENS Ulm. Obtention de l’agrégation externe d’histoire (2013).

Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université, rattaché au Centre Roland-Mousnier (UMR 8596).

Titre de ma recherche doctorale : « Raison monarchique et politiques protestantes dans la France du premier XVIIe siècle (vers 1598 – vers 1629) ».

Thématiques scientifiques suscitant mon intérêt :

  • Histoire politique de l’Europe à l’époque moderne (en particulier France de la première modernité) : imaginaires, idéologies, pratiques.
  • Histoire institutionnelle : histoire de la monarchie, histoire du droit et des institutions représentatives.
  • Histoire religieuse : catholicisme, protestantisme, lien entre religion et politique, affrontements religieux.
  • Interdisciplinarité (en particulier lien entre histoire et littérature).

Année du début de ta recherche doctorale : 2015

Date de soutenance de la thèse : décembre 2020 – juin 2021.

2. Ma recherche.

Ma recherche porte l’histoire politique des protestants français pour la période 1598-1629, soit dans les dernières années où la structure politico-religieuse qui se donnait pour tâche de défendre politiquement les intérêts des protestants français -le parti huguenot- fonctionne de façon opératoire. Sans revenir dans le détail des événements qui la composent, je voudrais mettre en évidence les deux questionnements ont guidé ma démarche.

En premier lieu, au lieu de chercher à comprendre l’action politique des protestants à la lumière de leurs idées politiques et de leurs logiques d’engagement, j’ai voulu partir de leurs pratiques et actions politiques pour déterminer ce qu’elles révélaient de leur logique et de leur imaginaire. Une telle démarche n’est pas gratuite : pour le premier XVIIe siècle français, elle s’inspire des auteurs qui ont largement œuvré à faire de la notion de « baroque » un concept opératoire. Louis Marin, par exemple, considère l’action politique selon le paradigme du coup de théâtre : le geste révèle la puissance de son auteur, « il est l’apocalypse de son origine » (L. Marin, préface aux Considérations sur les coups d’État de Gabriel Naudé). Pour comprendre une politique, il importe alors de se demander ce que telle ou telle action, dans son contexte, révèle. C’est d’ailleurs une pratique que l’on retrouve largement dans les sources. Philippe Duplessis-Mornay n’hésite ainsi pas à s’interroger sur le « sens moral » de telle ou telle action, en référence à la méthode patristique de lecture de la Bible pensée pour illustrer le lien entre le sens concret des Écritures et ce qu’elles annoncent dans la perspective du salut. Dans un tel cadre, la notion d’acteur politique doit être prise au sérieux : les actions ont un enjeu, qui dépasse la stratégie particulière, car elles contribuent, par leur nature, à dire quelque chose d’une vision du corps politique. L’action politique est donc par essence un espace de liberté, car elle constitue la possibilité de l’existence de l’imaginaire dont elle est l’origine. La multitude d’actions et de revendications de détail effectuées par les assemblées politiques huguenotes doit donc être comprise, non pas seulement comme des demandes, mais déjà comme un moyen de faire exister une certaine relation entre les protestants et la monarchie, au sein de laquelle les questions d’État liées à la religion réformée seraient prises en charge avec le conseil des assemblées et où les contours de la liberté de culte définis par l’édit de Nantes, pourtant volontairement flous, auraient valeur de droit fondamental. Au rebours d’une historiographie qui voit les huguenots du XVIIe siècle comme une minorité dont l’action politique n’aurait d’autres voies que celles des subalternes, je voudrais montrer la façon dont leurs pratiques témoignent non seulement d’un combat des réformés pour inscrire leur existence dans le temps long des institutions et des lois du royaume, mais aussi de l’expression d’une liberté politique dont les modalités peuvent permettre de réévaluer les modes d’actions politiques des populations d’Ancien Régime.

L’étude des pratiques politiques me semble, en second lieu, indissociable d’une réflexion profonde sur le langage. Je m’inspire en cela des travaux du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire (GRIHL), en particulier des travaux de Christian Jouhaud qui insiste sur la façon dont l’écriture constitue une action politique, et développe une méthode permettant de faire l’analyse historique des écrits. Les travaux d’Hélène Merlin-Kajman m’ont également été très précieux : dans sa thèse et plusieurs de ses ouvrages, elle développe l’idée que le langage est assimilable à une action de liberté. Même si la monarchie française du XVIIe siècle a pu penser l’imposition et la normalisation de la langue française comme un moyen d’accroître sa domination politique sur la population, Hélène Merlin-Kajman montre que cela a plutôt eu pour effet de constituer un espace de liberté au sein duquel le locuteur fait le choix d’un certain langage et de la transformation personnelle qui y est assimilé. Un tel contexte permet de redonner du sens à des sources au sein desquelles la question du langage à adopter est souvent primordiale : qu’il s’agisse de formuler une remontrance au souverain ou de laisser transparaître son attachement à telle ou telle politique, le langage politique huguenot a fait l’objet de profondes transformations et remodulations tout au long de la période que j’étudie. Prise au sérieux, la réflexion sur le choix du langage politique est donc aussi un lieu de la liberté politique, au sein de laquelle se manifestent des conflits et des tensions au sein du parti, dont la compréhension prend un sens renouvelé. Le combat d’Agrippa d’Aubigné pour une langue militante, dont Les Tragiques offrent une version magnifique et épique, mais qui se retrouve aussi et surtout dans ses écrits politiques, n’est donc pas seulement une façon de blâmer la tiédeur de ses coreligionnaires ; c’est l’illustration d’une posture politique, d’une interrogation qui traverse et fracture le parti. Aux assemblées qui décrivent pudiquement, dans le langage juridique de l’édit de Nantes et des chambres de justice, les infractions subies par les réformés, d’Aubigné oppose la multiplication des tableaux des massacres du passé, dont la lecture est presque insoutenable ; à ceux qui multiplient les discours de louange à l’égard du roi, le Bouc du Désert revendique ne vouloir louer que Dieu, dont la grandeur infinie est au fond indicible, comme le montre la « pâmoison de l’âme » qui clôt les Tragiques ; à ceux qui prônent l’obéissance au roi comme valeur suprême, d’Aubigné dénonce celui qui ose se dire le « père d’ici-bas », la figure antéchristique qui, comme le relate son dernier texte, Sa vie à ses enfants, lui enlève son fils et affame ses coreligionnaires à La Rochelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search