Adrien Pitor

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Pitor Adrien

Academia : https://sorbonne-universite.academia.edu/AdrienPitor 

Courriel : adrienpitor@orange.fr 

Site internet : http://crm-umr8596.huma-num.fr/omeka-s/s/apitor/ 

Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : 

  • Histoire de l’espace urbain à l’époque moderne
  • Histoire de la justice et de la police
  • Histoire des boutiques, du commerce et de l’artisanat
  • Histoire de Paris
  • Humanités numériques et géomatique

Titre de ta recherche doctorale : « L’espace du Palais. Étude d’un enclos judiciaire parisien de 1670 à 1790 »

Année du début de ta recherche doctorale : 2012

Date de soutenance de la thèse : 16 novembre 2019

II. Questions :

  • Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Notre recherche a consisté en un vaste puzzle qui a demandé beaucoup de patience. Chaque salle ou chaque cour du Palais était une pièce qui devait retrouver sa juste place… Pour ne rien arranger, ce puzzle était en trois dimensions et se fondait sur des archives disparates et lacunaires. En outre, nous n’avons pas pu nous contenter d’une simple reconstitution. Il fallait comprendre pourquoi ces pièces étaient découpées de la sorte et, mieux encore, comment elles étaient animées et investies par les pensées et les gestes du personnel travaillant sur place ou des gens de passage.  

L’enjeu scientifique était d’analyser les transformations urbaines au cours du XVIIIe siècle et le fonctionnement territorial de la capitale, en comprenant les mécanismes spatiaux et sociaux qui agissent dans l’enclos du Palais.

  • Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur ce thème de recherche ?

Par la géographie, par l’architecture, par le droit… et bien sûr un peu par l’histoire. Mon but a été de trouver un lieu parisien marqué par des logiques territoriales et sociales fortes et singulières. Le Palais avait tout d’un laboratoire de poche permettant de saisir les agissements spatiaux des Parisiens. Qui plus est, en tant qu’espace hérité, il permettait de comprendre le jeu des réaffectations. L’histoire médiévale du Palais, résidence royale et écrin de la Sainte Chapelle, puis l’histoire de la prison révolutionnaire, ont largement éclipsé le temps de l’Ancien Régime. Pourtant, une grande partie des dynamiques de l’enclos palatial se joue durant les règnes de Bourbons.

  • Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Oui et non… je ne trahirais pas mes premières amours. J’ai travaillé sur le pain bénit à Paris au XVIIIe siècle durant mon M1. L’appartenance religieuse était abordée sous l’angle des pratiques, des appartenances et de l’espace. J’examinai comment les paroissiens apportaient à tour du rôle du pain ou des brioches à l’église afin qu’ils soient bénis par le curé durant la messe puis distribués à l’ensemble des paroissiens. Ce sacramental abritait tout un faisceau de gestes, de conflits et de représentations.  Abandonnant les registres de fabriques paroissiales, je me suis penché sur les boîtes du bailliage du Palais. Dans les deux cas, je gardai le même souci de la matérialité de la ville et de la finesse du fil qui trame la relation entre les individus et la communauté. 

  • Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherche en particulier a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Nombreux sont les auteurs qui ont influencé mon parcours. Les travaux de mon directeur de recherche Reynald Abad m’ont marqué par l’ampleur de vue qu’ils avaient sur des choses très concrètes, loin d’être anodines. Sans aucun doute, j’y joindrais La fabrique du Paris révolutionnaire de David Garrioch ! Cet ouvrage propose une approche globale de la capitale à la fin de l’Ancien Régime. Les logiques sociales, religieuses, policières y sont analysées d’une manière qui laisse deviner les frémissements des individus qui investissent des appartenances multiples, tantôt les entravant et tantôt les assistant. D’autres ouvrages en nombre pourraient s’additionner dans un catalogue rêvé.

  • Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur ton thème de recherche que tu conseillerais à tes collègues ? 

Une œuvre et une source…  A défaut d’être original, je citerais Louis-Sébastien Mercier, une référence prisée de tout historien du Paris moderne. Il multiplie les petites scènes qui, sous un ton sarcastique et parfois badin, donnent à voir foule de détails. Il serait également possible de suivre les enquêtes romancées du commissaire du Châtelet Nicolas Le Floch écrites par Jean-François Parot. Outre la vivacité du récit et l’excellente connaissance de l’auteur du Paris du XVIIIe siècle, le texte fait de subtiles allusions aux écrits mêmes de l’Ancien Régime.

  • As-tu déjà eu l’occasion d’enseigner ton sujet de recherche ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Par bonheur, j’ai pu enseigner l’histoire de Paris au XVIIIe siècle à l’université. Au-delà de la joie de transmettre la matière même de ma recherche, ce cours m’a permis d’adopter des approches originales du passé. Les étudiants étaient plongés physiquement dans les lieux qui faisaient l’objet de notre attention. Là, un immeuble de rapport du Marais ; là, un garde-corps signé des marques d’une fabrique paroissiale ; là un dôme ; là un hôtel particulier entre cour et jardin. Ici, les traces d’un alignement ; ici, les marques d’une porte cochère. Il fallait pourtant se garder de l’illusion de familiarité. La ville est faite de strates architecturales, d’activités professionnelles, de relations sociales et de représentations collectives qui se modifient par-delà les pierres qui la fondent. La ville qui se présente à nous n’est pas celle du XVIIIe siècle malgré tous les vestiges qui s’y dévoilent.

  • Dans le cadre de l’enseignement de ton sujet de recherche, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Les supports à mettre en avant pour enseigner mon sujet de recherche sont bien nombreux. Le passage par les écrits, imprimés comme manuscrits, est inévitable. Ce n’est pas là une chose originale. De manière plus spécifique, un travail sur les documents figurés est inévitable. Comment lire l’espace dans le temps ? L’usage de plans, de couples, d’élévations, de gravures diverses permet de répondre en partie à cette question. En somme, il convient de faire entrer en résonnance textes et plan, non pas dans une logique d’histoire de l’art au demeurant fort intéressante, mais dans une perspective d’histoire sociale et matérielle. Les reconstitutions tridimensionnelles le Système d’Informations Géographiques effectués durant la thèse sont investis en l’espèce d’un usage pédagogique.

  • Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Il s’agit du projet que je compte absolument mener sans bénéficier de toutes ces conditions idéales. Il consistera à ouvrir mon terrain d’étude sur l’ensemble des enclos parisiens. En somme, il s’agirait d’élargir le cas du Palais à d’autres espaces parisiens et de chercher à comprendre globalement la spatialité urbaine sans perdre de vue la spécificité des territoires et en multipliant les échelles d’analyse. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search