Sophie Tejedor

I. Présentation

Twitter : https://twitter.com/SophieTejedor

Site internet : paris-sorbonne.academia.edu/SophieTejedor

Courriel : sophie_tejedor@hotmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Après trois ans de CPGE A/L au lycée Fénelon (Paris 5e), j’ai entamé un Master d’histoire moderne (XVIe siècle) à Paris-Sorbonne sous la direction du professeur Denis Crouzet. J’ai ensuite intégré la préparation à l’agrégation de Sciences Po Paris afin de préparer les concours de l’enseignement. Après mes admissions au CAPES et à l’agrégation externe, j’ai effectué mon année de stage en lycée avant de débuter ma thèse. Elle a été soutenue en septembre 2019 au terme de sept années de recherche financées par un contrat doctoral et plusieurs postes d’ATER.

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : histoire des troubles de religion en France et en Europe, histoire des idées et des pratiques politiques du XVIe siècle, histoire des cours européennes au XVIe siècle

Titre de ta recherche doctorale : « A la croisée des temps. François II, roi de France et la crise des années 1559-1560 »

Année du début de ta recherche doctorale : septembre 2012

II. Questions :

  • Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ? 

S’appuyant sur une fine analyse politique, ma recherche a mis en lumière les dix-sept mois de règne d’un roi de France oublié des études historiques, François II. L’héritier d’Henri II, à peine âgé de quinze ans lorsqu’il monte sur le trône en juillet 1559, fait face à l’éclatement de la crise politico-religieuse faisant basculer le royaume dans le temps des guerres de Religion. Mon étude s’est efforcée d’analyser ce basculement dans le temps des troubles mais aussi l’entrée de la monarchie française dans le temps des expérimentations politiques dont les édits de « tolérance » du second XVIe siècle – jusqu’à l’édit de Nantes – seront les héritiers.

  • Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur ce thème de recherche ? 

De manière générale, c’est la fascination pour l’idéologie royale du XVIe siècle qui m’a orientée vers le règne de François II. Pendant ma préparation du concours de l’ENS-LSH, j’avais eu l’occasion de découvrir le XVIe siècle par l’intermédiaire d’une autre personnalité politique du temps, Elisabeth Ière. Fascinée par la symbolique déployée par la fille d’Henri VIII, je me suis tournée vers une figure royale contemporaine de la jeune reine, mais au contraire défaillante, pour mon travail de Master puis ma recherche doctorale. L’intérêt que j’ai porté au règne de François II trouve ainsi ses origines dans la personnalité particulière de ce souverain jeune et réputé malade, dont les rumeurs du temps affirment d’ailleurs qu’il est atteint de lèpre et qu’il se baigne dans le sang de jeunes enfants pour se soigner…

  • Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? 

Oui et non. Alors que l’analyse de la personnalité singulière de François II occupait la plus grande partie de mon travail de Master, celle-ci est devenue un élément parmi d’autres dans la thèse. La thèse s’est en effet plutôt orientée vers une analyse du jeu politique des acteurs du règne de François II. La jeunesse et la maladie du roi ont alors été considérées comme des éléments agissant dans ce jeu politique en affaiblissant le capital d’autorité de la figure royale.

  • Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherche en particulier a inspiré ta recherche doctorale ?

Si oui, peux-tu préciser ? C’est sans doute un peu évident (et cliché) mais les travaux de Denis Crouzet, mon directeur de recherche, sont indéniablement ceux qui m’ont le plus inspirée durant ces sept années d’enquête. Par la description qu’il nous livre de l’imaginaire mental du XVIe siècle, cet historien nous donne les clés d’un système de justifications sans lequel il ne me semble pas possible de comprendre la manière dont les contemporains se représentaient leur temps et se déterminaient face à lui. Entre autres ouvrages, son Charles Quint montre comment appréhender la personnalité des grandes figures politiques du XVIe siècle.

  • Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur ton thème de recherche que tu conseillerais à tes collègues ?  

Sur les guerres de Religion, qui pourrait oublier de citer le film de Patrice Chéreau avec Isabelle Adjani en reine Margot ? Là encore, je manque d’originalité mais je ne crois pas avoir rencontré quelqu’un qui, me demandant le thème de mes recherches, n’y ait pas pensé. Sur François II plus spécifiquement, les œuvres artistiques sont très peu nombreuses. Je me refuse à vous renvoyer à la série Reign (dont le succès auprès du public a largement dépassé celui du règne de François II auprès des historiens !) ; je laisserai donc parler ma nostalgie de khâgneuse en vous renvoyant à Madame de La Fayette et à sa Princesse de Clèves. Et sinon, n’hésitez pas à faire à un tour aux somptueux châteaux d’Amboise et de Chenonceau qui ont tous les deux largement marqué les années 1559-1560.

  • As-tu déjà eu l’occasion d’enseigner ton sujet de recherche ?

Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ? J’ai eu l’occasion de consacrer des séances de TD aux années du règne de François II en tant qu’années de basculement dans la France des guerres de religion. Dans la mesure où mes recherches reposaient sur des sources assez traditionnelles pour le XVIe siècle français (correspondances, actes royaux…), je n’ai pas proposé un enseignement particulièrement original à mes étudiants d’université. J’ai en revanche eu l’occasion de proposer une séance sur les guerres de religion à mes élèves de Seconde : je me suis alors exclusivement appuyée sur des sources iconographiques (gravures en particulier).

  • Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ? 

Pour être tout à fait honnête, la fausse lèpre de François II continue de me fasciner, même après 7 ans de thèse… Je m’engagerai donc dans une recherche portant sur les maladies au XVIe siècle, sans doute plus spécifiquement sur les maladies mentales.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search