Simon Castanié

I. L’essentiel :

Site internet :  https://paris-sorbonne.academia.edu/SimonCastanié

Courriel : simon.castanie@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : J’ai fait une classe préparatoire BL (Lettres et Sciences Sociales), avant d’entrer à l’ENS de Cachan en 2012, et de faire en parallèle une licence d’histoire, puis un master recherche en histoire à Paris 1. Après mon agrégation obtenue en 2016, j’ai débuté ma thèse d’histoire moderne en 2017 à Paris IV Sorbonne.


Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université (Centre Roland Mousnier, UMR 8596), en co-direction avec l’EHESS (LaDéHiS).


Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt :

  • Histoire des prisons et de l’enfermement
  • Histoire de la justice civile et commerciale
  • Histoire sociale et économique
  • Histoire de Paris à la période moderne


Titre de ta recherche doctorale : «L’emprisonnement pour dette à Paris dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle »


Année du début de ta recherche doctorale : septembre 2017

II. Questions :

  • Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je travaille sur l’emprisonnement pour dette, à partir du cadre d’étude parisien de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Il est difficile de résumer mon travail à une seule principale, mais la première interrogation que j’avais concernait assez simplement le pourquoi et le comment de cet enfermement. Pourquoi enfermer une personne qui ne rembourse pas, et à l’inverse comment faire pour rembourser son créancier lorsqu’on se trouve enfermé, et que chaque jour qui passe accroît les dettes? Cette question simple s’est étendue à une multitude de questions sur les relations de dette à la période moderne. Ma recherche a aussi débordé le temps de l’enfermement pour chercher à comprendre en amont les conditions de possibilité de l’emprisonnement pour dette, et en aval de la prison les effets sociaux et économiques de celle-ci sur les débiteurs.

  • Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur ce thème de recherche ?

Il est toujours difficile de retracer, a posteriori, le moment où émerge à l’esprit puis se structure concrètement un sujet d’étude, mais ce qui est sûr c’est que ces deux objets, la prison d’une part, et la dette d’autre part, m’intéressaient depuis longtemps. Je pense que pour la prison c’est son caractère foncièrement politique qui m’interpellait à partir de réflexions sur l’enfermement contemporain inspirés en partie par Foucault. Quant à la dette, c’est un phénomène majeur des sociétés d’Ancien Régime, à mon sens sous-évaluée, aux ramifications multiples, économique évidemment, mais aussi sociale, culturelle, politique.. Des lectures sur l’Angleterre m’ont donné l’idée d’associer ces deux objets par l’étude de l’emprisonnement pour dette. Avec ce sujet je voulais aussi sortir d’une histoire des élites. Bon je ne sais pas si j’ai forcément réussi, puisque l’on trouve en réalité emprisonnés pour dette à la fois des artisans, des marchands ainsi que des nobles et de grands négociants, mais c’est précisément cette diversité qui rend ce phénomène d’autant plus intéressant.

  • Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Mes objets de recherche ont drastiquement changé, puisque mon mémoire de master portait sur une histoire du duel d’honneur en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle…Assez éloigné de mes préoccupations actuelles ! Certaines réflexions continuent cependant de m’animer, et de structurer mes recherches. C’est le cas d’une attention fine aux réputations et aux effets sociaux et économiques de tels phénomènes, difficilement saisissables mais pourtant structurants dans la construction et la catégorisation du monde par les contemporains. En ce sens, le crédit est une notion à l’interface entre le monde économique et social, comme l’a bien montré Clare Crowston dans Credit, fashion, sex : Economies of regard in Old Regime France (2013). C’est aussi dans la volonté de faire une histoire sociale de phénomènes d’abord économiques et juridiques, afin de restituer toute la complexité de ces phénomènes, que je vois des continuités.

  • Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherche en particulier a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Je pense que l’ouvrage de Craig Muldrew, The Economy of obligations (1997), a profondément influencé mes recherches dans sa manière de considérer le crédit et la dette comme des rapports à la fois économiques et sociaux devant être replacés dans leur contexte d’émergence, c’est-à-dire au sein des réseaux d’obligations qui les ont vu naître. C’est une vision des rapports socio-économiques extrêmement fécondes, et qui oblige en outre à ne pas diviser le monde en grands champs (économique, social, politique) tels que les historien.ne.s ont encore parfois tendance à le faire. Autrement les séminaires de mon directeur et de ma directrice de recherche ont aussi été très importants. Celui de Reynald Abad sur l’histoire de Paris m’a permis d’ancrer mes réflexions dans une attention aiguë au territoire, à ses spécificités, et aux contextes locaux. Celui de Simona Cerutti sur les adresses à l’autorité, au-delà de cette question des suppliques que j’étudie dans ma thèse, m’a incité à m’intéresser aux catégories, à leur construction et à leurs usages.

As-tu déjà eu l’occasion d’enseigner ton sujet de recherche ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je n’ai malheureusement pas l’occasion d’enseigner sur mon sujet de recherche, c’est d’ailleurs assez rare lorsque l’on est en doctorat, mais j’essaie de profiter de mes connaissances sur cet objet, et plus largement sur les relations de dette et de crédit à la période moderne, pour aborder des questions économiques, souvent un peu effrayantes pour les étudiant.e.s.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search