Jean-Benoît Poulle

I. L’essentiel :

Courriel : jb.poulle@dbmail.com.
Parcours dans l’enseignement supérieur : CPGE (A/L) au lycée Louis-le-Grand ; ancien élève de l’École normale supérieure de Paris ; licence puis master en histoire moderne à Paris IV-Sorbonne ; agrégé d’histoire (2017). 
Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier (UMR 896). 
Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire politique, sociale et culturelle de l’Ancien Régime en France ; histoire du fait religieux. 
Titre de ta recherche doctorale : « La Réforme catholique chez les membres des cours souveraines parisiennes dans la première moitié du XVIIe siècle (v. 1600-1661) ».

Année du début de ta recherche doctorale : septembre 2018.

II. Questions :

  • Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Mes recherches portent sur l’action et les représentations religieuses des membres des cours souveraines parisiennes, c’est-à-dire du monde spécifique des officiers de haute robe à Paris. 

Ma thèse vise à interroger la part que ces familles ont pu prendre dans la mise en œuvre du vaste mouvement de renouveau de la dévotion et de l’investissement religieux que la France a connu dans la première moitié du XVIIe siècle, et que l’on assimile par commodité à l’acclimatation de la Réforme catholique post-tridentine. 

  • Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur ce thème de recherche ?

Au moment de choisir un sujet d’histoire de master, je souhaitais plutôt travailler sur de l’histoire politique, sans doute plus ou moins liée à la Fronde, qui m’attirait. Le Pr. Olivier Chaline m’a proposé d’enquêter sur l’activité de Nicolas Fouquet au parlement de Paris durant cette période, ce qui m’a fait entrer dans le monde complexe de ces magistrats propriétaires de leurs charges. 

Mon mémoire se limitait à l’étude des gens du roi (les membres du parquet, le ministère public) durant ces années agitées ; mais les débats au Parlement m’avaient donné envie d’en savoir plus sur la vie de ces juges, leurs représentations, leurs pratiques et leurs archives -et aussi sur leur très large historiographie …-. 

Quand j’ai fait part de mon intérêt pour les gens de robe au moment de réfléchir à un sujet de thèse, c’est à nouveau le Pr. Chaline qui m’a aiguillé vers une étude d’ensemble de leur action religieuse au XVIIe siècle. Cela m’a tout de suite plu, parce que cela rejoint l’intérêt que je porte à l’histoire des religions de manière générale. C’est toujours réjouissant de voir se rejoindre l’histoire comme « hobby », et l’histoire comme activité de spécialisation. 

  • Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Je me souviens être arrivé en master en ne sachant absolument pas si mes centres d’intérêt avaient déjà été traités par l’historiographie ; j’ai découvert plus tard que c’était une question qu’il valait quand même mieux se poser…

  • Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherche en particulier a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Je pense que les travaux classiques de François Bluche sur les parlementaires au XVIIIe siècle, ou encore sa coordination du Dictionnaire du Grand Siècle, par leur vigueur et leur clarté d’analyse, m’ont beaucoup apporté. 

  • Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur ton thème de recherche que tu conseillerais à tes collègues ? 

Il existe de nombreux écrits de spiritualité de l’époque qui sont aussi des chefs d’œuvre stylistiques, je pense en particulier à l’œuvre du cardinal de Bérulle ou de François de Sales. Dans la même veine, j’aime beaucoup la peinture de Philippe de Champaigne…

  • As-tu déjà eu l’occasion d’enseigner ton sujet de recherche ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je n’ai pas encore eu l’occasion d’enseigner spécifiquement mon sujet de recherche, même si, dans le cadre des TD de licence que je donne, j’ai déjà pu aborder longuement l’histoire du fait religieux à l’époque moderne, mais pour un terrain tout à fait différent : les îles Britanniques. Malgré cela, on retrouve nombre de similitudes dans les questionnements mis en œuvre et les problèmes à aborder.   

  • Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Je ne sais pas trop ce qui est faisable, mais j’aimerais bien constituer une grande base de données sur les familles de robe à l’époque moderne. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search