Romain Doucet

I. L’essentiel :

Courriel : romain.m.doucet@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Après une licence d’histoire à Rennes, j’ai fait un double cursus Master-Recherche à Paris-IV et Premier Cycle à l’Ecole du Louvre. L’obtention de l’agrégation d’histoire en 2013 m’a permis d’enseigner trois ans dans le secondaire, avant de débuter une thèse en 2016.

Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt :

– Histoire religieuse (Moyen Âge et époque moderne)

– Histoire politique (fin Moyen Âge et début époque moderne)

– Interdisciplinarité entre histoire, histoire de l’art et histoire des mentalités : représentations, imaginaires, sensibilités.

Titre de ta recherche doctorale : « La figure de saint Michel en France. Discours politique et iconographie (v. 1470-v. 1630) ».

Année du début de ta recherche doctorale : 2016

II. Questions :

  • Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

L’objet de cette thèse est de déterminer l’ampleur, la justification politique, mais aussi les limites de la vénération à saint Michel dans la France de la Renaissance. Il est en effet considéré depuis les travaux fondateurs de Colette Beaune (notamment Naissance de la Nation France, 1985) comme le protecteur personnel des rois capétiens et, par-là même, de leur royaume. Cette dévotion se serait structurée à la faveur de la guerre de Cent Ans et son apogée serait, si l’on suit les médiévistes, la création de l’Ordre de saint Michel par Louis XI en 1469. Ma recherche entend questionner l’opinion commune considérant les années et le siècle suivants comme une longue confirmation de cette réalité. La période choisie est un large XVIe siècle : je ne m’interdis pas de remonter loin dans le XVe siècle ni de déborder largement dans le XVIIe siècle.

Paris, St-Séverin, vitrail, fin XVe s.
  • Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur ce thème de recherche ?

Ayant travaillé, en master, sur un sujet mêlant iconographie et études de texte, mes discussions avec le Pr. Denis Crouzet ont permis d’élaborer mon sujet de recherche sur la dévotion à l’archange saint Michel et m’ont permis de mettre à profit mon appétence pour l’interdisciplinarité entre histoire et histoire de l’art.

  • Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Mes années de master paraissent lointaines (2008-2010), mais j’avais déjà cette envie de mêler images et textes dans une même recherche. Il s’agissait en l’occurrence d’un sujet sur les représentations de la mort à la fin du Moyen Âge en France, principalement à partir d’un corpus d’enluminures. Là non plus, je ne m’interdisais pas d’aller au-delà des limites académiques, puisque je débordais allégrement sur le XVIe siècle.

  • Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherche en particulier a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

En plus des travaux de Colette Beaune déjà cités, je dirais que l’ouvrage d’Anne-Marie Lecoq (François Ier imaginaire, 1987) est celui qui m’a le plus inspiré en début de thèse. Par la précision de ses descriptions, par l’utilisation systématique d’écrits et d’images, elle tente ainsi de donner les contours d’un « imaginaire » construit autour de François Ier et pensé comme un instrument de pouvoir.

  • As-tu déjà eu l’occasion d’enseigner ton sujet de recherche ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Pas directement. Ni dans le secondaire, ni dans l’universitaire. Mais j’aime utiliser l’iconographie comme support d’enseignement pour un certain type de cours. Il ne s’agit pas uniquement d’illustration, l’image peut être traitée en tant que source historique à part entière. Elles nécessitent une lecture et une description précises mais, parfois, la première impression visuelle suffit pour expliquer un thème.

  • Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Il est délicat, lorsqu’on est plongé dans une recherche, d’en imaginer une autre qui serait, elle, idéale. Néanmoins, je pense qu’avec davantage de temps, faire une histoire du Mont Saint-Michel et en général des pèlerinages au XVIe siècle serait intéressant.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search