Sylvain Arramon

I. L’essentiel :

Courriel : arramon.sylvain@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Licence d’histoire à Bordeaux Montaigne (2015) ; Master Recherche Histoire moderne à Bordeaux Montaigne, dont le M2 en Erasmus à Florence (2017) ; Agrégation d’histoire (2018) ; un an enseignant stagiaire puis un comme titulaire au lycée avant de débuter une thèse en septembre 2020.

Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt :

– Histoire des relations internationales et de la diplomatie à l’époque moderne ;

-Histoire de l’Italie et de la Toscane ;

– Histoire politique à l’époque moderne ;

– L’espace et le territoire à l’époque moderne (géopolitique, représentations) ;

– Histoire des représentations et des identités à l’époque moderne.

Titre de ta recherche doctorale : « La France, l’Espagne et l’Italie durant la guerre de Succession d’Espagne. Action politique, information et réseaux diplomatiques ».

Année du début de ta recherche doctorale : 2020

II. Questions :

  • Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Cette thèse s’intéresse à la politique menée par la France et l’Espagne en Italie (hors Rome et Naples) durant la guerre de Succession d’Espagne. Elle a pour objectif de mettre en lumière l’action politique élaborée par les deux monarchies vis-à-vis d’un espace morcelé et éclaté perçu comme stratégique, ainsi que les réseaux des agents (diplomatiques, militaires, consulaires et autres) opérant sur le terrain. A travers ces deux phénomènes, il s’agit de s’interroger d’une part sur la notion de territoire (élaborer une politique nécessite de “penser” le territoire ; agir sur le terrain implique perception et vécu de ce territoire) et de l’autre sur la question des identités (Français et Espagnols travaillent désormais de concert et cette situation interrogent leurs fidélités et leurs identités qui se construisent). Finalement, la guerre de Succession d’Espagne en Italie est envisagée pour elle-même mais aussi en tant que “crise” révélatrice de phénomènes sociaux au sein d’un espace.

  • Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur ce thème de recherche ?

Ce thème de recherche est à la conjonction de deux intérêts : l’histoire de l’Italie et des relations internationales. Je me suis donc tourné vers Géraud Poumarède qui m’a orienté vers la période de la guerre de Succession d’Espagne et la mission de Roland Dupré, l’envoyé français à Florence. Au fil du dépouillement de sa correspondance diplomatique et de la rédaction du mémoire, ce sont des réseaux bien plus larges qui se dessinaient derrière le personnage de Dupré : d’autres ambassadeurs, des chefs militaires, des consuls, des espions anonymes ; surtout, ils étaient aussi bien Français qu’Espagnols.

  • Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

“Les relations diplomatiques entre la France et le grand-duché de Toscane au temps de la Succession d’Espagne (1700-1706)” s’était attaché à la mission diplomatique de Roland Dupré pour elle-même. Dans ma thèse, il y a d’abord un triple élargissement : chronologique, géographique et politique. Je me concentre désormais sur l’ensemble du conflit, la moitié nord de l’Italie et le dispositif des Deux Couronnes, française et espagnole. Aussi, mes interrogations dépassent le cadre premier de la diplomatie et des négociations. Il s’agit d’analyser ce qu’elles révèlent et disent d’un groupe social dans un cadre de crise politique et militaire internationale majeure, au sein d’un territoire marqué physiquement et durement par ce conflit. Enfin, le territoire italien, pensé, parcouru et objet de négociations, est au cœur de mes recherches.

  • Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherche en particulier a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

C’est d’abord un voyage en Toscane au début de mes études qui m’a fixé définitivement sur l’Italie. Aussi, certains cours de licence m’ont vraiment ouvert sur d’autres perspectives, notamment les liens entre sociologie et histoire et l’importance de déconstruire son objet de recherche mais aussi les catégorisations du monde social et son propre présent. En terme de livres, je citerais d’abord l’ouvrage collectif dirigé par Jean Boutier, Sandro Landi et Olivier Rouchon, Florence et la Toscane : les dynamiques d’un Etat italien (XVIe – XIXe siècles), qui a confirmé mon goût pour l’histoire de la région. Enfin, de manière assez inattendue, une lecture imposée en Master, Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché de Giacomo Todeschini, a marqué durablement ma façon d’envisager, de catégoriser et de penser un objet pour l’étudier.

  • As-tu déjà eu l’occasion d’enseigner ton sujet de recherche ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Il m’est arrivé une seule fois d’utiliser une dépêche diplomatique que j’avais utilisée en classe de Seconde. Mais je ne traitais pas vraiment mon sujet. En revanche, cela m’a révélé à quel point il pouvait être intéressant d’utiliser et d’exploiter ce genre de sources dans le secondaire car elles sont bien plus riches que l’on peut le croire.

  • Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Si je pouvais élargir mon sujet, ce ne serait pas pour le bouleverser mais pour “l’intensifier”. Avec plus de financements et de temps libre, je m’ouvrirais vers d’autres fonds d’archives. D’une part, ceux des ennemis des Bourbons qui s’intéressent et opèrent en Italie, c’est à dire la maison d’Autriche et l’Angleterre. De l’autre, les archives de toutes les souverainetés italiennes in extenso. Cela me permettrait d’élaborer une réflexion encore plus globale et de saisir pleinement un moment dans un espace.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search