Pierre Saux-Escoubet

I. L’essentiel :

Courriel : pierresaux-escoubet@hotmail.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Titulaire d’une licence d’histoire à l’Université Bordeaux Montaigne (2014) et d’un master d’histoire moderne à l’Université Bordeaux (2016), j’ai obtenu l’agrégation d’histoire en 2018. J’ai par la suite enseigné deux années en lycée et en collège avant de débuter mon doctorat à Sorbonne Université.
Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier, UMR 8596.


Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt :

  • Histoire des systèmes politiques à l’époque moderne.
  • Histoire des républiques et des républicanismes : discours et pratiques.
  • Histoire des représentations, des identités et de l’autre à l’époque moderne.
  • Histoire des relations internationales et de la diplomatie à l’époque moderne.
  • Sociologie et histoire.


Titre de ta recherche doctorale : « Une république parmi les princes. Républicanisme et souveraineté à Venise au XVIIe siècle ».
Année du début de ta recherche doctorale : 2020

II. Questions :

  • Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Ma recherche a pour ambition d’analyser la manière dont se composent les identités politiques de l’État vénitien dans une société internationale marquée par le fait monarchique. Il s’agit de questionner la distinction de nature établie entre monarchies et républiques au cours du XVIIe siècle. Si un courant historique a récemment pu insister sur le caractère républicain de certaines monarchies européennes, il est possible de démontrer – à travers le cas vénitien – la dimension princière des républiques dans leur volonté d’intégrer une « société des princes ». Tout au long du XVIIe siècle, selon les configurations internationales, le gouvernement de Venise est perçu et représenté tantôt comme un égal, tantôt comme une république. Lui-même ne cesse de revendiquer des identités multiples.

  • Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur ce thème de recherche ?

Tout a débuté avec la lecture des livres d’Elisabeth Crouzet-Pavant en licence (Venise triomphante. Les horizons d’un mythe, 1997, ou encore La mort lente de Torcello. Histoire d’une cité disparue, 1995). Ils m’ont initié à l’histoire vénitienne et, intrigué par ses particularités, je me suis dirigé vers Géraud Poumarède pour la direction de mon mémoire de master. Ce dernier m’a redirigé vers l’histoire de la diplomatie à l’époque moderne. C’est en lisant des dépêches diplomatiques d’ambassadeurs à Venise au XVIIe siècle qu’il m’a semblé percevoir que la communication entre monarchies et républiques n’allait pas toujours de soi. Les dépêches étaient ponctuées de remarques sur l’altérité de l’État vénitien et des obstacles que cela pouvait entraîner pour leurs missions.

  • Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Mon mémoire de recherche s’intitulait « “Princes italiens, éveillez-vous”. Le retour de la diplomatie française en Italie. L’ambassade du comte d’Avaux à Venise (1627-1632) ». À partir de la correspondance d’un ambassadeur, je m’interrogeais sur l’action diplomatique de la France à Venise et en Italie durant la guerre de succession de Mantoue. Cette recherche était pour moi une porte d’entrée vers l’étude de l’État vénitien. Dans ma thèse, l’histoire de la diplomatie n’est plus une fin en soit, mais un moyen pour questionner mon objet d’étude. Je ne lis plus la correspondance diplomatique de manière intensive, mais de matière extensive, de manière à recueillir une partie de mon matériel d’analyse. Mes recherches se sont très largement ouvertes aux archives des institutions vénitiennes afin de croiser regards des autres et de soi sur les identités politiques vénitiennes et leurs interrelations avec les pratiques de gouvernement.

  • Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherche en particulier a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

D’une manière générale, les travaux de science sociale appelant à questionnant les évidences. Les travaux d’Olivier Christin ou encore de Christophe Charle incarnent parfaitement cette volonté d’historiciser les catégories de pensées et les outils de la recherche.

  • Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur ton thème de recherche que tu conseillerais à tes collègues ?

Le Rivage des Syrtes de Julien Gracq. Venise a inspiré la République d’Orsenna. Sa description de la cité-État peut être vue comme l’étape finale de la cristallisation d’une image du gouvernement vénitien forgée dans une Europe monarchique.

  • Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Comme beaucoup, pouvoir élargir mon sujet de recherche à de nombreux fonds d’archives. J’aimerais pouvoir élargir mes questionnements aux relations qu’entretiennent entre eux les gouvernements présentés traditionnellement comme républicains (Provinces-Unies, Gênes, Pologne,…). Si des contemporains et, dans leur lignée, certains auteurs essentialisent les républiques en une idée républicaine, l’étude des sources révèle que leur entente ne va pas de soi. Élargir mon sujet à la fin du XVIe siècle et à d’autres terrains de recherche permettrait d’enquêter sur le basculement symbolique qui instaure la division monarchie/république comme catégorie subjective de perception du monde social.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search