Auriane Hernandez

I. L’essentiel

Courriel : hernandez.histoire@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Après une classe préparatoire A/L (Lettres) au lycée Henri IV à Paris, je suis entrée à l’ENS de la rue d’Ulm en 2016 et ai commencé, la même année, mon master de recherches en histoire moderne à Sorbonne Université. Après avoir obtenu l’agrégation en 2020, j’ai débuté ma thèse en 2021 à Sorbonne Université, au centre Roland Mousnier.

Université et unité de rattachement : Sorbonne Université (Centre Roland Mousnier, UMR 8596)

Thématiques scientifiques :

  • Histoire sociale
  • Histoire du mariage et de la conjugalité
  • Histoire du genre Histoire de la famille

Titre de ma recherche doctorale : « Conjugalité et pratiques matrimoniales durant la première modernité en France (fin du XVe – fin du XVIe siècle)

Début de ma recherche doctorale : Septembre 2021

II. Questions

Quels phénomènes sont au cœur de ma recherche doctorale ?

Je travaille sur la conjugalité entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIe siècle, c’est-à-dire à la façon dont se vit et se perçoit le couple en tant qu’alliance et compagnonnage d’un homme et d’une femme qui se reconnaissent comme partenaires mutuels. Je m’intéresse à la fois à la dimension pratique du sujet (comment se vit la relation de couple, quels comportements et quelles attitudes culturels, sociaux, économiques la caractérisent) et à sa dimension de représentation (comment se perçoivent les conjoints et comment la vie de couple est-elle perçue, représentée, interprétée par les contemporains). Il s’agit donc de comprendre quelles sont les relations pratiques et idéelles qu’entretiennent les partenaires d’une relation conjugale, que ceux-ci soient mariés ou non, la conjugalité au tournant de l’époque moderne étant caractérisée par sa flexibilité dans les formes d’alliance.

Comment en suis-je arrivée à travailler sur ce thème ?

Au départ, il s’agit d’une rencontre un peu au hasard avec M. Ruggiu et Mme. Robin, au sortir de ma classe préparatoire. Je voulais faire un master d’histoire sociale et les thématiques autour de la famille m’intéressaient beaucoup. A la fin de mon master sur les Pratiques et les représentations du lien conjugal chez la génération post-tridentine (1563-1609), il était évident que le XVIe siècle restait un terrain d’études largement en friche du point de vue de la conjugalité, ce d’autant plus que les sources amenaient à conclure à l’existence d’une importante continuité dans les pratiques et les représentations de la vie conjugale entre la période post-tridentine et la période pré-tridentine. Elargir le champ chronologique vers l’amont et le champ spatial de Paris à la France se sont imposés comme des évidences pour tenter de cerner un peu mieux les vécus des couples au tournant de l’époque moderne.

Depuis ma première recherche en Master, mes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Mes objets de recherches n’ont pas fondamentalement changé pour le moment, ils se sont surtout élargis en termes de champs chronologiques et spatiaux ainsi qu’en termes de sources. Ces dernières vont, dans les mois à venir, beaucoup orienter mes réflexions et me conduiront probablement à infléchir mes questionnements en fonction de ce qu’il y aura à trouver. Etant encore au début de ma recherche, méthodologies et réflexions vont s’affiner progressivement.

Est-ce qu’un ouvrage, un.e auteur.rice ou un séminaire de recherches en particulier ont inspiré ma recherche doctorale ?

J’aurais envie de citer beaucoup de monde ! Je pense que jusqu’ici, les deux piliers théoriques de ma réflexion ont été les travaux d’Agnès Walch (La spiritualité conjugale dans le catholicisme français, XVIe-XXe siècle, Cerf, 2002 ; Histoire du couple en France, de la Renaissance à nos jours, Ouest-France, 2003) qui interroge la sentimentalisation des rapports entre conjoints au prisme de la spiritualité religieuse durant l’époque moderne et de Martha Howell ( The Marriage Exchange: Property, Social Place and Gender in Cities of the Low Countries , 1300-1550, Chicago, 1998; and Women, Production, and Patriarchy in Late Medieval Cities, Chicago, 1986).  Celle-ci a mis en avant pour le Moyen-Âge deux éléments qui ont été fondamentaux dans mes premières recherches : l’existence d’une agency féminine politique, économique et sentimentale permettant aux femmes de se réapproprier un certain pouvoir d’action au quotidien et l’importance du testament comme source pour appréhender les relations conjugales.

Ai-je déjà eu l’occasion d’enseigner mon sujet de recherches ?

Pas en tant que tel. J’ai eu l’occasion de participer à une journée de formation des enseignants du second degré sur la Princesse de Montpensier, qui m’a permis de partager mes connaissances historiques issues de mes recherches sur la question de la femme et du mariage avec un public intéressé. Sinon, j’utilise mon bagage historiographique et conceptuel pour aborder avec les étudiants la question des femmes, du mariage et de la famille.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search